Voyage en Ecosse avec l'AIACEMai 2016

Evelyne Delauche

Eh bien non, ce n’est pas vrai ! Il ne pleut pas tout le temps en Écosse.
Nous avons fait un voyage exceptionnel, grâce à nos organisateurs, Thérèse, Laurent de chez Eagle et Édouard, notre guide d’une culture encyclopédique, et tout cela sans une goutte de pluie et sous un soleil radieux.

Le 8 mai, nous avons embarqué pour Édimbourg, capitale de l’Écosse, nous avons commencé́ notre visite en autocar, ce qui nous a fait découvrir une ville magnifique classée au patrimoine mondial de l’UNESCO pour ses quartiers médiévaux, et géorgiens.
Nous nous sommes dirigés ensuite vers le Royal Yacht BRITANNIA. Nous avons ainsi parcouru ce qui fut les appartements privés de la famille royale et ceux de l’amiral dans ce magnifique bâtiment. Une coupe de champagne offerte par les responsables clôtura cette intéressante visite.

Le lendemain 9 mai, nous avons visité le château d’Édimbourg. Implanté sur les flancs d’un ancien volcan c’est le bâtiment le plus ancien de la ville. La partie la plus ancienne, date de 1110. Il détient les joyaux de la couronne d’Écosse (la couronne incrustée de pierres précieuses, une épée d’apparat et un sceptre) ainsi que la « pierre du couronnement » (152 K dans le rituel du couronnement en Grande-Bretagne. Et c’est dans une toute petite pièce que Marie Stuart a donné naissance à son fils Jacques VI, futur roi d’Angleterre sous le nom de Jacques 1er.
Non loin de la ville, nous visitons « Traquair House » datant des années 1107, c’est la maison la plus habitée de façon continue de toute l’Écosse depuis 900 ans. Marie Stuart vint y résider. L’actuelle propriétaire des lieux, Lady Catherine Maxwell Stuart, est une descendante par les femmes de la famille Stuart.
Dans une annexe se trouve une brasserie qui existait déjà au temps de Marie Stuart et remise à l’ordre du jour par le propriétaire actuel. Une petite dégustation nous fut offerte à la fin de notre visite.
Le 9 mai, ce fut l’apothéose avec la visite de la chapelle de ROSSLYN, magnifique construction de style gothique tardif absolument extravagante. L’intérieur somptueusement décoré est un monument à la gloire de la Franc-maçonnerie, riche en images symboliques.

Le lendemain 10 mai, départ pour Inverness et les Highlands. En chemin nous visitons le magnifique château de GLAMIS datant du XIVe considéré comme le plus beau château d’Écosse.
La Reine Elizabeth, mère de l’actuelle reine, passa son enfance dans ce château. La famille royale le fréquente souvent, des liens familiaux existant entre la famille royale et les propriétaires. Sur le chemin également, Écosse oblige, nous visitons une distillerie de whisky, petite étape sympathique, qui nous fait comprendre la différence entre un « single malt » et un « blended », ce dernier étant beaucoup moins cher parce qu’issu d’un mélange justement.

Le lendemain 11 mai, après une petite croisière sur le Loch Ness, 2e plus grand lac d’Écosse, nous visitons les ruines du château d’Urquhart. Construit sur un promontoire, ses fondations datent du XIIIe siècle. Il a subi maints pillages, destructions et reconstructions au fil des siècles jusqu’en 201 692 où le coup de grâce lui fut donné par sa destruction volontaire à coups de catapulte pour qu’il ne puisse pas passer aux mains des jacobites.
Après le déjeuner, nous avons pris un petit téléphérique qui nous a menés à 650 mètres d’altitude du Mont Ben Nevis [altitude 1344 mètres, sommet le plus élevé des îles britanniques] pour bénéficier de la vue splendide dont on jouit à cette altitude.

Nous sommes maintenant dans les Highlands de l’ouest, le 12 mai nous embarquons à bord du « jacobite steam train », le train mythique d’Harry Potter. Puis, nous prenons le ferry-boat pour l’île de Skye. Nous y ferons une promenade dans un très beau jardin botanique.

Le 13 mai, dernier jour de notre voyage, nous abordons la traversée de Glencoe. L’Écosse parsemée d’anciens volcans éteints depuis des millions d’années, façonnés et érodés par les glaces qui s’y sont déposées nous a offert tout au long de notre parcours, des vues magnifiques, mais dans cette dernière partie, sa beauté sauvage est époustouflante. Qu’aurions-nous pu souhaiter de mieux pour emporter avec nous un magnifique souvenir.