Jean-Pierre Bobichon

Jean-Pierre Bobichon

Depuis le 1er janvier et jusqu’au 30 juin Malte, préside l’Union européenne. C’est une première pour cet État membre l’UE depuis le 1er mai 2004. C’est le 11 janvier que se déroulera la cérémonie officielle d’ouverture de la présidence maltaise. Les citoyens sont annoncés comme devant être au cœur de cette présidence. Malte est un archipel de cinq îles dans la zone centrale de la mer méditerranée, au sud de la Sicile, à l’est de la Tunisie et au nord de la Libye. Avec une superficie de 315 km2, la capitale est La Valette, la population est de 429 344 (2015) elle représente 0,1 % de la totalité de l’UE et son PIB est de 8 796 milliards d’euros. Deux langues officielles le maltais et l’anglais sont pratiquées. Malte est membre de la zone euro depuis le 1er janvier 2008, et membre de l’espace Schengen depuis le 21 décembre 2007.

Malte en Europe

Le nombre de parlementaires européens maltais est de six. Cinq Maltais siègent au Comité économique et social européen et cinq au Comité des Régions. La Commissaire européenne est Me Karmenu Vella chargée des questions d’environnement, des affaires maritimes et de la pêche

Le taux de syndicalisation est relativement élevé à Malte. Près de la moitié des travailleurs est membres d’un syndicat. Les deux centrales syndicales majoritaires sont la GWU et l’UHM Relations financières : La contribution totale de Malte au budget européen est de 0,092 milliard d’euros, ce qui représente 1,08 % du revenu national brut. Le total des dépenses de l’UE à Malte est de 0,134 milliard d’euros, ce qui représente 1,57 % du revenu national brut. L’effet solidarité joue son rôle.

Vis-à-vis de l’Union, l’embrouillamini risque tout autant de se prolonger. La mise en œuvre de l’article 50 du traité de Lisbonne1, conditionnée par la notification de la décision de retrait, risque de prendre du temps.... et tout indique que nos amis britanniques ne se priveront pas de jouer la montre. Theresa May, la nouvelle Première ministre et cheffe d’orchestre du Brexit, n’est pas pressée : elle ne prévoit pas le démarrage des négociations de retrait avant 2017.

Cela dit, le référendum a eu lieu et son résultat doit être respecté, quelles que soient la désinformation pratiquée et les confusions entretenues tout au long de la campagne référendaire par les tenants du “Brexit”, en particulier sur l’immigration. Pour avoir défendu le maintien de son pays dans la famille européenne, la députée du parti travailliste Jo (Joanne) Cox est tombée sous les coups d’un assassin : ne l’oublions pas !

La présidence s’est fixé six priorités :

  1. Migration : application des décisions déjà prises, assurer une répartition équitable des charges migratoires,
  2. Marché unique : Priorité au numérique,
  3. Sécurité : Lutte contre le terrorisme, garantir un meilleur contrôle des sorties des populations des pays tiers aux frontières extérieures de l’UE,
  4. Inclusion sociale : Protection des minorités, lutte contre le sexisme, garantir l’accès des femmes au marché du travail,
  5. Politique européenne de voisinage : sensibilisation aux conflits en Libye et en Syrie,
  6. Maritime : Développement durable du secteur maritime
  7. Pour en savoir plus sur la présidence maltaise : www.eu2017.mt

Chaque État membre de l’Union européenne est à égalité de droits et de devoirs. Souvent des États membres considérés comme « petits » ont réalisé de grandes présidences comme cela a été le cas par exemple avec la Belgique, le Luxembourg ou encore les Pays-Bas, certes États membres fondateurs. La situation géographique de Malte peut contribuer à jouer un rôle de « ponts » non négligeables et c’est l’occasion de découvrir d’autres cultures, d’autres réalités, d’autres populations, d’autres façons de vivre. Durant cette présidence, c’est l’occasion de vivre ensemble, encore plus que d’habitude « Unis dans la diversité ».